Les droits des détenus et prisonniers de plus en plus respectés

Référence faite à l’article 139 de la Constitution de la République Rwandaise de 2003 révisée en 2015 qui prévoit la mise en place de la Commission Nationale des Droits de la Personne, et l’article 42 qui lui confère la mission particulière de promotion des droits de la personne, dans le courant du mois de Mars 2018, la Commission a visité les prisons, les cachots des stations de Police, les Centres de Transit et les Centres de Réhabilitation. C’était dans le cadre de faire le monitoring du respect des droits des détenus et prisonniers.

L’objectif de ce monitoring était non seulement de visiter ces lieux de détention, mais aussi de faire des investigations sur les allégations, de s’enquérir sur les statistiques des détenus et prisonniers, tout cela dans le cadre de faire le monitoring du respect de leurs droits notamment aux bien-être et à la justice et de consulter leurs dossiers.

En dates du 5 au 9 Mars 2018, la Commission a examiné les allégations des détenus et prisonniers et a poursuivi le monitoring dans les lieux de détention dans les Districts des Provinces du Sud et de l’Ouest et dans ceux du District de Musanze, dans la Province du Nord.

Du 12 au 16 Mars 2018, la Commission a poursuivi l’examen des allégations et le monitoring, cette fois-ci dans les Districts de la Province de l’Est et dans ceux du District de Nyamagabe, dans la Province du Sud.

La Commission a en même temps fait le monitoring des lieux de détention dans les Districts de la Ville de Kigali. L’objectif était d’évaluer la situation générale des droits de la personne sur base de l’Ensemble des règles minima pour le traitement des détenus. Le respect des droits des vulnérables, notamment les femmes, les enfants et les viellards, a également fait objet de ce monitoring.

La Commission s’est entretenue avec l’autorité responsable de ces différents lieux de détention pour discuter ensemble et trouver des solutions aux problèmes identifiés, dans le but d’améliorer le respect de l’Ensemble des règles minima pour le traitement des détenus.

La Commission a constaté la diminution des problèmes liés au respect des droits de la personne dans les lieux de détention par rapport aux recommendations qu’elle a émises lors des précédentes visites. On peut citer notamment les cas concernant leurs dossiers, leur bien-être et autres dispositions prévues par la réglementation de chaque catégorie des détenus et prisonniers.

La Commission Nationale des Droits de la Personne a particulièrement donné des recommendations visant à améliorer le respect des droits de la personne dans les Centres de Transit et de Réhabilitation, pour que leur gestion respecte leur réglementation.

La Commission Nationale des Droits de la Personne poursuivra sa mission de monitoring dans les lieux de détention, mais également elle formulera des recommendations de ce qui doit être corrigé là où il peut s’avérer nécessaire, afin que les droits des détenus et prisonniers soient toujours respectés et protégés.